Aller au contenu

Annonce

Camp de base / Camp itinérant 2022 du 9 au 16 juillet, pensez à réserver vos congés ! ✅

#1 04-12-2011 20:00:49

opesha
Membre
Lieu : Toulouse
Inscription : 27-11-2011
Messages : 14

les risques d'aggressions

bonsoir,

une recherche sur le site me donne 23500 messages avec le mot risque  yikes
un survol rapide montre qu'il s'agit des risques en montagne, avec les animaux, d'incendie...
mais quid des risques d'aggressions.

Je viens d'avoir une discussion pendant une heure avec une copine sur cette question. Bivouaquer ne serait ce pas dangereux. Elle a illustré son propos avec les derniers faits divers, enlèvement, viol, assassinat...
La nuit, toute seule, dans la forêt, quels sont les risques de rencontrer le grand méchant loup? hmm

J'ai l'air de plaisanter mais sérieusement je pense que c'est une question difficile à évacuer totalement.

Merci de ne pas me répondre que ce sont les mêmes risques en ville. Déjà c'est faux puisqu'il y a plus de monde et ça ne fait pas avancer la question.

Opesha (alias le petit chaperon rouge)

ps j'espère être dans la bonne rubrique pour ma question

Hors ligne

#2 04-12-2011 20:06:47

Profil supprimé 14
Profil supprimé à la demande de l'auteur
Inscription : 13-06-2010
Messages : 3 247

Re : les risques d'aggressions

A froid comme ça il me semble que le plus grand risque est de se faire suivre plutot que de tomber par hasard sur le grand méchant loup qui roderait en pleine nuit dans la fôrêt. Pour diminuer les risques, quand tu passes dans les zones habitées, avoir le moins possible l'air d'une randonneuse qui va bivouaquer. Ca tombe bien, avec RL, ton sac à dos de bivouac va bientot ressembler à un sac à dos de journée.
Sinon tu as l'option rando avec chien.

Hors ligne

#3 04-12-2011 20:27:37

highpictv
dit "Hichpyche"
Lieu : Talence, Bidart ou Aragnouet
Inscription : 01-06-2005
Messages : 9 532
Site Web

Re : les risques d'aggressions

Sujet déjà traité

Dans les archives : https://www.randonner-leger.org/forum/v … hp?id=2021

Pour moi c'est totalement irrationnel


- Mieux vaut être mort en vallée d'Aure que vivant en vallée de Campan (proverbe local) -
Mes randos dans mon trombino.

Hors ligne

#4 04-12-2011 20:30:12

jeanjacques
.
Lieu : Agen
Inscription : 05-06-2010
Messages : 4 186
Site Web

Re : les risques d'aggressions

Même si la question à sa place ici, tu trouvera beaucoup de réponse sur ce forum sur des fils déjà créés: http://www.davidmanise.com/forum/index.php ainsi que sur le wiki du même forum: http://wiki.davidmanise.com/index.php/Accueil
Ce domaine est tellement vaste qu'un fil unique va avoir du mal y répondre (si réponse il existe), mais si le sujet t'intéresse (ou t'angoisse wink), tu trouvera sur le forum cité plus haut une mine d'information extrêmement complète.
Et tout de même pour apporter quelque chose, le "risque" de faire une mauvaise rencontre, en France, sur un Gr ou au milieu des bois est réellement infime, tu as bien plus de risque en prenant ta voiture ou en te baladant à n'importe quelle heure en ville smile

+1 Incrédule.

Dernière modification par jeanjacques (04-12-2011 20:30:46)


Super poney

Hors ligne

#5 04-12-2011 20:50:07

dolgan
Membre
Inscription : 15-02-2008
Messages : 2 609
Site Web

Re : les risques d'aggressions

pas retrouvé, mais il y a déjà un post sur le sujet des femmes et du bivouac. un vieux post.

les faits divers disent pas que ce type de risques sont essentiellement présent dans le cercle des connaissances d'une victime. le prédateur qui agresse une inconnue est rare.

Le risque bipède n'en est pas moins a prendre en compte. il faudra le réévaluer en fonction des pays.

en france:
Un bivouac bien posé se verra pas:
soit parce que tu es loin de tout habitant.
soit parce que tu te pose tard et pars tôt.

si personne ne sait ou tu es, le risque est très faible. Bien plus faible que celui de faire de l'autostop.


Par rapport a celà, la forêt est particulièrement sécurisante. l'entrée peut se faire de jour de manière très discrète. une promeneuse dans un bois n'attire pas spécialement l'attention. et si ton équipement n'est pas visible, personne ne pensera que tu vas y dormir.
tu marche 15/20 minutes au delà du dernier point accessible en voiture. ça te mets hors de portée des éventuels promeneurs du soir, mais aussi des fumeurs de joint et autres alcolos qui peuvent fréquenter les premiers metres de certains bois.
Ensuite, tu quittes le chemin et tu t'enfonces droit dans le sous bois. 50m peuvent suffire a te rendre quasi indétectable. 100m et personne pourra te trouver.
Donc sauf si c'est le bois de boulogne, tu n'as presque aucune chance que quelqu'un te tombe dessus par hasard.

Hors ligne

#6 04-12-2011 20:54:06

Grandhoub
Membre
Lieu : Aube
Inscription : 12-10-2007
Messages : 494

Re : les risques d'aggressions

Un prédateur va là où il a le plus de chance de trouver une victime.
Donc logiquement dans un endroit fréquenté ( circuit de course à pied, parc, ...)
Mais si il erre au milieu des bois, il risque de ne croiser personne pendant des heures et dans le meilleur des cas ses rencontres risquent de se limiter à quelques bucherons ou chasseurs qui seront surement trop velus à son gout.

Hors ligne

#7 04-12-2011 21:06:27

LeNovice
Membre
Lieu : Toulouse
Inscription : 28-08-2008
Messages : 1 092

Re : les risques d'aggressions

opesha a écrit :

... enlèvement, viol, assassinat...  La nuit, toute seule, dans la forêt, quels sont les risques de rencontrer le grand méchant loup? hmm ...

Une personne qui enquêtait sur des affaires criminelles m'a dit que 95% des agressions sont le fait personnes que la victime connaissait auparavant (donc des proches ou de très proches) roll .
En dormant loin de tes connaissance, tu divises déjà par 20 les risques par rapport à ta vie courante big_smile, puis encore par 50 parce que tu ne rencontreras personne la nuit cool ... mais le 0% de risque n'existe pas hmm .
Personnellement, je me sens beaucoup plus en sécurité sous mon tarp la nuit, que sur un quai de métro à Paris où la moindre bousculade ou maladresse peut me jeter sur la voie hmm
Je dois aussi admettre que c'est plus facile à dire lorsqu'on est un homme.


devise de la MUL fanatique : "rien c'est déjà trop"  tongue
devise d'Audiard (je crois)  : "la brute qui marche va beaucoup plus loin que le sage qui réfléchit." wink

Hors ligne

#8 04-12-2011 21:06:42

Stellla
Membre
Inscription : 05-01-2011
Messages : 49

Re : les risques d'aggressions

Je rejoins ton idée que c'est une question "difficile à évacuer totalement". Mais ne serais ce pas d'ailleurs illusoire de penser l'évacuer ?
C'est à dire pouvoir quantifier le risque ? Le cerner et ainsi le maitriser ?
Je pense qu'il serait dangereux d'inscrire son questionnement dans un désir de réponses évidentes en pouvant mettre à jour tous les paramètres d'appréhension de la réalité.
A penser maitriser on peut en oublier d'être vigilant.

Après concernant le sujet de réflexion que tu évoques (les risques d'agressions), je pense que tu pourras trouver autant d'avis (et non de réponses) qu'il y a de personnes. En fonction de nos croyances, présupposés, vécus, fantasmes,...
Le rapport que l'on a aux risques et aux angoisses associées. Et peut être aussi à la place que l'on laisse à l'inattendu, à ce que l'on ne peut pas maitriser et qu'est ce que cela suscite en nous.

Peut être que dans le fond, la question pourrait être que signifie pour toi les risques d'agressions, à quoi cela te renvois t-il ? Est ce que cela te limite dans ta pratique de la randonnée ?

Je pense également à cette distinction entre peur et risques qu'il est important d'appréhender et qui souvent se confond....

Hors ligne

#9 04-12-2011 21:12:48

Iksarfighter
Voyageur nordique allégé
Lieu : Toulouse ou Ariège
Inscription : 18-05-2009
Messages : 5 241

Re : les risques d'aggressions

...

Dernière modification par Iksarfighter (10-12-2011 17:33:35)


Randonnez en Norvège !

Plus on part doucement et plus on va loin !

Hors ligne

#10 04-12-2011 21:19:16

Bison
OpaRando
Lieu : Quaregnon - Belgique
Inscription : 05-01-2007
Messages : 4 266

Re : les risques d'aggressions

La peur ...

Combien de personnes, tous sexes confondus, ont peur d'un bivouac "tout seul au fond des bois"?
On serait étonné!

Peur "avant", peur "pendant".
Peur du noir, peur des bruits ...
Peur, parce qu'ils ou elles ne sont plus dans leur cadre de vie habituel, parce que tous les repères sécurisants ont disparu ...

Et puis vient l'habitude.
Les bruits deviennent moins effrayants, on se sent de moins en moins étranger dans ce nouveau milieu.
Les peurs disparaissent ...

Et on dort du sommeil du juste!


La balance n'est pas un maître, mais un serviteur

Hors ligne

#11 04-12-2011 21:26:55

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007
Messages : 4 082

Re : les risques d'aggressions

Bonsoir,

Le sujet est souvent traité dans la littérature américaine de randonnée. L'idée générale c'est d’éviter d'être suivi sur un chemin de GR par un prédateur (bipède ou non), puis surpris lors du bivouac dans un lieu isolé. En gros les conseils sont les suivants :

-Au moment de bivouaquer, revenir sur ses pas durant quelques temps ce qui permet de déceler si on est suivi.
-Puis bifurquer à 90° du chemin durant 200m
-Se poser à l'abri des regards du chemin, rester discret.

AMHA, le risque est infime. Comme d'autres l'ont dit avant, en randonnée les risques sont ailleurs.


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#12 04-12-2011 21:47:21

cernunos
EmulE
Lieu : Coye-la-Forêt
Inscription : 12-03-2011
Messages : 2 853

Re : les risques d'aggressions

smile Salut,

Dormir dans la nature est impressionnant...

Il suffit de regarder le nombre de randonneurs (moi compris) qui ne part pas en bivouac sans un couteau souvent assez disportionné par rapport aux besoins...

Tout le monde a une appréhension lorsqu'il s'agit de ne plus dormir dans du dur...

Cela part avec l'expérience...

Mais le risque en rando est bien moindre qu'en ville...


Cela étant, dans certaines zones, il faut se méfier de la grande visibilité des feux de camp de nuit à proximité des habitations, susceptibles d'attirer n'importe qui... parfois visibles à des kilomêtres...

En dehors de ce cas particulier, les rencontres en lieux isolés sont par définition rares... et rarement désagréables...

Elles suscitent une certaines méfiance chez la gente féminine ...

J'ai quelques souvenirs de rencontres de femmes seules ou en petit groupe en forêt lors de mes balades... à la nuit tombante... Voir apparaitre soudain quelqu'un qui marche vite sans trop de bruit... lol les cris lol mais bon, un sourire une formule de politesse bien tournée... et la peur disparait...

Je me fais parfois des frayeurs avec des animaux voire même des buissons lors de marches de nuit alors...

Mais la peur est bien présente, c'est très ancré... atavique, le souvenir ancien de prédateurs...

Rompre avec cette tendance profonde, passer outre, permet de surmonter ses peurs, y compris d'autres craintes... C'est un des autres intérêts du bivouac... En France, en randonnée le prédateur le plus dangereux, c'est le randonneur lui-même... et ses films...


"Marche, marche ! Tu verras..." Henri Vincenot - Les Etoiles de Compostelle
"Le recours aux forêts — ce n'est pas une idylle qui se cache sous ce mot. Le lecteur doit plutôt se préparer à une marche hasardeuse, qui ne mène pas seulement hors des sentiers battus, mais au-delà des frontières de la méditation." Jünger

"Marcher dans une forêt entre deux haies de fougères transfigurées par l’automne, c’est cela un triomphe.
Que sont à côté suffrages et ovations ?"   Cioran

Hors ligne

#13 05-12-2011 00:41:54

Phil67
Nouveau membre
Lieu : Tres Tabernae
Inscription : 04-10-2011
Messages : 5 204

Re : les risques d'aggressions

Je n'ai pas grand-chose à ajouter à ce qui a déjà été dit :
   - il est prouvé statistiquement que le plus grand danger se situe en zones urbanisées ou dans son entourage personnel
   - comme cernunos il m'est déjà arrivé quelques "surprises" lors de mes trails nocturnes (collision évitée de peu avec un autre trailer débouchant d'un autre chemin forestier, sur le coup on a failli faire une crise cardiaque tous les deux avant d'éclater de rire lol)
   - pour te rassurer tu peux trouver sur ce forum de nombreux témoignages de femmes randonnant sans soucis en solo dans des zones isolées et à découvert durant plusieurs semaines (exemple récent : [Récit + liste] une HRA en solo (17/06 au 16/07/2011))


ith a écrit :

En gros les conseils sont les suivants :

-Au moment de bivouaquer, revenir sur ses pas durant quelques temps ce qui permet de déceler si on est suivi.
-Puis bifurquer à 90° du chemin durant 200m
-Se poser à l'abri des regards du chemin, rester discret.

AMHA, le risque est infime. Comme l'autre l'ont dit avant, en randonnée les risques sont ailleurs.

Effectivement la technique est très efficace, on peut encore rajouter une autre astuce déjà évoquée sur le forum :
   - faire un premier "bivouac" provisoire relativement tôt avant la soirée uniquement pour le repas du soir, la lessive et la toilette
   - une fois que toutes les "activités ménagères" sont terminées reprendre la marche 15 à 30 minutes vers son bivouac définitif
   - une fois l'endroit repéré n'installer la tente rapidement qu'à la tombée de la nuit et se coucher directement

Avantages :
   - pas de risque d'être repérée en tant que "campeuse isolée" par un passant en fin de journée
   - pas de traces, d'odeurs, de feux ou de fumées visibles sur le lieu de bivouac définitif
   - personne ne peut savoir s'il y a une femme isolée ou deux bûcherons patibulaires dans la tente


Le contenu de ce message ne reflète pas nécessairement le point de vue de son auteur. wink

Hors ligne

#14 05-12-2011 01:11:33

fiannae
Membre
Lieu : Paris
Inscription : 17-08-2008
Messages : 2 097

Re : les risques d'aggressions

Je n'ai pas encore bivouaqué seule (trop peur) mais depuis des années je crapahute seule à Bleau ou en montagne.

Outre ce qui a été dit auparavant, j'ai tjs mon sifflet accroché à mon coup car crier ne m'est pas un réflexe défensif.

Pour l'instant mes seules frayeurs sont dues à la rencontre de chiens aboyeurs éloignés de leur maître ou de patous.

Il m'est souvent arrivé de dormir seule, ou seule femme, dans les refuges gardés ou non, dans les cabanes. Jamais eu de gros soucis. Lorsqu'il y a des dérives de langage (ben vi cela arrive), il suffit d'un mot bien appuyé par un regard pour avoir la paix.

J'évite aussi de dormir dans les refuges/cabanes à proximité de parking (2 heures à pied sur sentier familiale) et à Bleau j'accélère le pas et ai les sens davantage en alerte lorsque je sais qu'une départementale ou un parc à voitures est près.

Mes sens sont davantage aiguisés en rando et je me fie à mes intuitions. J'ai vraiment l'impression d'être branchée  sur une zone obscure de mon cerveau (le reptilien ?) et me sens prête à devenir une bête féroce au cas où.

Hors ligne

#15 05-12-2011 10:41:54

Iksarfighter
Voyageur nordique allégé
Lieu : Toulouse ou Ariège
Inscription : 18-05-2009
Messages : 5 241

Re : les risques d'aggressions

...

Dernière modification par Iksarfighter (10-12-2011 17:34:47)


Randonnez en Norvège !

Plus on part doucement et plus on va loin !

Hors ligne

#16 05-12-2011 12:32:11

Luciens
Membre
Lieu : Grenoble
Inscription : 04-09-2008
Messages : 864
Site Web

Re : les risques d'aggressions

Bison a écrit :

La peur ...

Combien de personnes, tous sexes confondus, ont peur d'un bivouac "tout seul au fond des bois"?
On serait étonné!

Peur "avant", peur "pendant".
Peur du noir, peur des bruits ...
Peur, parce qu'ils ou elles ne sont plus dans leur cadre de vie habituel, parce que tous les repères sécurisants ont disparu ...

Et puis vient l'habitude.
Les bruits deviennent moins effrayants, on se sent de moins en moins étranger dans ce nouveau milieu.
Les peurs disparaissent ...

Et on dort du sommeil du juste!

+1

La peur d'être attaqué ! Quelle blague ! C'est juste une rationalisation, en quelque sorte un motif un peu plus légitime que la véritable raison : vous avez peur du noir, peur de quitter le petit cocon rassurant qu'est la maison, peur de la Nature et de ses bruits. "L'insécurité" n'est qu'une raison évoquée car facilement disponible en "prêt à penser".
Mais il faut savoir qu'en forêt, à la différence de la maison, les monstres ne peuvent se cacher ni sous le lit ni dans les placards. On reste de grands enfants...

Alors bien sur, on peut chercher des solutions à ce non-problème, mais quel gaspillage de temps et d'énergie. Quel dommage de gâcher les joies d'un bivouac par des peurs irrationnelles.

Hors ligne

#17 05-12-2011 13:01:49

Askelon
Membre
Lieu : Bretagne
Inscription : 28-09-2008
Messages : 936
Site Web

Re : les risques d'aggressions

Pour tordre un peu le cou aux mythes et peurs infondées avec mes souvenirs de droit pénal : en France il y a en gros moins de 1000 homicides par an. Les viols sont plus fréquents, dans les 150 000 par an je crois, mais il est plus difficile d'obtenir des chiffres fiables car il est difficile d'être certain sur la réalité des faits et des circonstances ; si on retient seulement les affaires jugées on arrive à quelques milliers de cas, dont les deux tiers sont commis au domicile d'une des deux personnages, et dans 75% des cas par des connaissances comme dit plus haut. À noter aussi que les mineurs sont plus touchés que les majeurs, et qu'être une jolie femme ne semble pas aggraver les risques de manière spectaculaire.

En résumé, comme presque tout le monde l'a dit : bivouaquer au calme dans un coin discret, vérifier sommairement qu'on est pas suivi, ne pas trop se faire remarquer : 99.999999% de risque évités. Les cas dont les médias font régulièrement leurs unes sont excessivement rares. Statistiquement on risque bien plus gros en traversant la rue qu'en bivouaquant, donc pour paraphraser Highpictv, peur totalement irrationnelle.

Hors ligne

#18 05-12-2011 13:49:00

Bourrichon2
Membre
Inscription : 05-12-2011
Messages : 2

Re : les risques d'aggressions

À différencier quand même (d'après les messages ci-dessus) :

-la peur irrationnelle de l'inconnu et de l'étranger entretenue par les medias bovins. Ça se travaille assez facilement. Une désintoxication en somme ?

-la peur atavique du danger, qui se travaille sur le plus long terme, et pas uniquement avec l'habitude.

J'ai ressenti le second cas lorsque j'ai su qu'il y avait un loup qui grognait près de mon tarp, en pleine nuit ; il avait sans doute senti mes victuailles. On se souvient alors tous du Petit Chaperon rouge. C'est une peur ancestrale et culturelle. Or je savais pourtant que ce sont les loups qui doivent avoir peur de moi, pas l'inverse. J'ai plein d'autres exemples, avec des humains cette fois.

C'est long et lourd à travailler. On en sort plus fort.

Hors ligne

#19 05-12-2011 13:57:36

fiannae
Membre
Lieu : Paris
Inscription : 17-08-2008
Messages : 2 097

Re : les risques d'aggressions

Petite précision : ma peur irrationnelle du bivouac en solo ne résulte pas d'une éventuelle agression humaine mais de celle, irraisonnée pour certains ici, de chiens errants car eux, au contraire des animaux sauvages hormis le renard, n'ont pas peur de nous les bipèdes.

Petit histoire drôle. En octobre, j'ai fait du stop pour faire les 40 km qui me séparait de la gare de mon point de départ de rando. Le premier automobiliste m'a demandé, au moment où je quittais son véhicule à l'arrêt,  si je n'avais pas peur de me faire agresser en stop. Je lui ai répondu "Et vous ? Je pourrais être aussi une psychopathe" en plongeant mon regard dans ses yeux et avec un sourire. P'tit frisson garanti.

Moi aussi j'aime jouer au monstre. tongue

édit : conjugaison

Dernière modification par fiannae (05-12-2011 15:30:21)

Hors ligne

#20 05-12-2011 15:21:55

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 5 581

Re : les risques d'aggressions

Je me permets d’apporter mon témoignage en tant que randonneuse en solo depuis 5 ans.

Je pars aussi bien sur des grands We que sur des périples de 4 à 5 semaines, comme ce fut le cas ses 3 dernières années.

Le bivouac, pour moi, fait partie intégrale du plaisir de randonner.

Finalement ma plus grande décision et ma crainte sous-jacente a été d’affirmer et assumer mon envie de partir seule en tant que femme. Ce qui me parait plus facilement admis dans nôtre société pour un homme ( peut-être que je me trompe, mais c’est ce que j’ai ressentie au début).

Une fois franchit ce pas, je profite depuis, à fond de cette liberté que je me suis donnée.

En prenant un minimum de précautions et en appliquant les règles de discrétion liées au bivouac, largement explicitées dans les autres messages, le « risque » est plus que maîtrisé et donc acceptable à mes yeux. Ni plus ni moins que dans tout ce que l’on entreprend dans nôtre vie quotidienne.

Pour Fiannae, à mon avis le risque des chiens errants est aussi grand de jour que de nuit.

Par ailleurs, je rajouterai que les seules fois où j’ai été confrontée à des situations « limites » d’agressions physiques ( certes pas à caractère sexuel), je n’était pas en solo, ni en bivouac ni de nuit…ni en rando d’ailleurs !

En rando, mes craintes et donc ma vigilance sont entièrement tournées vers les risques inhérents à la pratique de la montagne et au fait d’être seule en cas de « pépin ». Ce qui aide peut-être à relativiser, sans pour autant occulté, ceux du bivouac…

Et surtout le leitmotif, doit rester le plaisir ! Et donc de s’adapter en fonction…


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#21 05-12-2011 16:16:01

bencas
Membre
Lieu : Mons - Belgique
Inscription : 09-03-2011
Messages : 232

Re : les risques d'aggressions

Bonjour Opesha,
Je pense que personnes sur ce site n’a été agressé lors d’un bivouac….
Et je suis d’accord avec Lucien :

Alors bien sur, on peut chercher des solutions à ce non-problème, mais quel gaspillage de temps et d'énergie. Quel dommage de gâcher les joies d'un bivouac par des peurs irrationnelles.

Je n’ai pas beaucoup de nuits seul dans les bois (3) et j’ai toujours eu une petite appréhension avant de m’endormir, mais je prends ça comme la montée d’adrénaline avant le départ du « grand 8 » et j’aime ça. C’est le petit plus de la rando.
Et j’ai surtout « peur » qu’un sanglier (qui, après coup, aura plus peur que moi) vienne me renifler pendant la nuit. (c'est bête...non) roll
Ben

Hors ligne

#22 05-12-2011 17:16:13

fiannae
Membre
Lieu : Paris
Inscription : 17-08-2008
Messages : 2 097

Re : les risques d'aggressions

florencia a écrit :

Pour Fiannae, à mon avis le risque des chiens errants est aussi grand de jour que de nuit.

Cela est donc du possible. En 15 ans de rando solo, en étoiles, et itinérance depuis une douzaine d'années, mes pas ont croisé par 2 fois des chiens errants en montagne. Les patous, éloignés des troupeaux,  5/6 fois.

Mon calcul de deux heures éloignés des refuges/cabanes se fondent sur mon vécu de l'an passé et l'analyse du profil des protagonistes. Pour la première fois, j'ai dû être très stratégique à l'égard de 3 franchouillards pour être sûre d'être tranquille. Sur un plan statistique, cela est donc très faible.

Hors ligne

#23 05-12-2011 17:36:01

Iksarfighter
Voyageur nordique allégé
Lieu : Toulouse ou Ariège
Inscription : 18-05-2009
Messages : 5 241

Re : les risques d'aggressions

J'ai été un petit peu agressé aux... Lofoten !

Extrait de mon voyage 2010 : https://www.randonner-leger.org/forum/v … p?id=14859

Mercredi 14 Juillet 2010 : Le fjord des empafés

     Pliage de très bonne heure de la tente trempée, passage du col vers Sel, puis crapahut dans les rocs et les tourbières et les flaques jusqu'à une piste où une voiture de Français ayant reconnu ma nationalité à mon sac Millet me chargera pour m'amener à la route principale. Encore une fois mes chaussures sont trempées. Après dîner, je repars vers Nesland, personne ne me prend en stop, sauf un charmant couple âgé d'Anglais vers la fin avec une classe terrible, sauf la difficulté de conduire à droite cette voiture de location. Un superbe spot herbu en bord de mer juste avant Nesland me servira de bivouac.

     Je suis en contrebas de la route, je n'aime pas trop ça, trop visible aussi, mais c'est vraiment une piste au bout du monde dans un endroit vraiment très tranquille, les Lofoten...

     Vers 21h je regarde mes cartes dans la tente, quand j'entends une voiture qui s'arrête, des rires, des appels, un genre de compte à rebours puis deux impacts très violents sur ma Laser à 300€... La surprise passée, je sors la tête et je vois une voiture de sauvageons blonds qui repartent en trombe en se payant ma tête ! Je sors voir les dégâts, la Laser n'a rien, elle a reçu deux bouteilles de Coca de 50cl à moitié pleines, mais lancées très violemment.

Ce n'était pas très grave mais dans un esprit peut-être un peu douteux !

Dernière modification par Iksarfighter (05-12-2011 17:39:37)


Randonnez en Norvège !

Plus on part doucement et plus on va loin !

Hors ligne

#24 05-12-2011 17:52:10

cernunos
EmulE
Lieu : Coye-la-Forêt
Inscription : 12-03-2011
Messages : 2 853

Re : les risques d'aggressions

smile Salut,

Mes commentaires sur l'absence de risque en rando en zone isolée ne valent pas pour l'auto-stop...

+ Petit bémol sur le fil en réponse aux "belles consciences"  :

Toutes les peurs ne sont pas irraisonnées et certaines peurs actuelles sont même plutôt raisonnables... Il faut vraiment vivre au fin fond de la cambrousse et la tête dans le sable pour ne pas s'en rendre compte...

La solidarité doit aussi s'exprimer à l'endroit de celles et ceux qui du fait de leurs lieux de vie ou d'emploi sont plus exposé(e)s que d'autres aux dits risques... Phantasmés pour les uns, certes, mais bien réels pour d'autres...

J'en connais... et qui en souffrent, un peu, voyez vous...

Salutations aux victimes passées, actuelles et futures des nouvelles (?) lois de nos magnifiques jungles urbaines...

1000 homicides, c'est 1000 de trop...

467 000 atteintes aux personnes en 2010. Combien de graves avec séquelles à vie ?

Certaines victimes vous lisent, ne les oubliez pas... Merci.


"Marche, marche ! Tu verras..." Henri Vincenot - Les Etoiles de Compostelle
"Le recours aux forêts — ce n'est pas une idylle qui se cache sous ce mot. Le lecteur doit plutôt se préparer à une marche hasardeuse, qui ne mène pas seulement hors des sentiers battus, mais au-delà des frontières de la méditation." Jünger

"Marcher dans une forêt entre deux haies de fougères transfigurées par l’automne, c’est cela un triomphe.
Que sont à côté suffrages et ovations ?"   Cioran

Hors ligne

#25 05-12-2011 18:21:34

Bison
OpaRando
Lieu : Quaregnon - Belgique
Inscription : 05-01-2007
Messages : 4 266

Re : les risques d'aggressions

Ouais, des agressions de randonneuses pendant la nuit ... il y a au moins un "vécu" sur le forum.
Perrier, I'm afraid ...

Notre forumeuse à l'accent british (australien même), notre maratonienne mascotte, elle a bel et bien  été agressée lors de son tour du Mont Blanc en solo (au troisième jour) :

Perrier a écrit :

Par contre la l'horreur a commencé

Really!

Par un chat.

Dernière modification par Bison (05-12-2011 18:24:27)


La balance n'est pas un maître, mais un serviteur

Hors ligne

Pied de page des forums