Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 18-02-2011 10:35:05

MonsieurHenri
Pessimiste
Lieu : 74
Inscription : 10-03-2010
Messages : 1 086

Vercors en raquette et en solitaire

Je vous fait le retour d'une première expérience de rando mul en raquettes. 4 jours de rando, entre Corrençon et Romeyer,du 14 au 17 février 2011. J'avais préparé avec l'aide précieuse de muls un itinéraire différent, mais j'ai dû déclarer forfait à cause d'un ongle incarné. Et donc changer mes plans en cours de route.

Sortie en solitaire donc, en autonomie totale.

J1 / Corrençon - Cabane à Carette

J’arrive à Corrençon à 11h30, par le car venant de Grenoble. Le temps est gris, pas de traces de neige. Je mange, et me dirige sur le GR91. Celui-ci est constellé de plaques de glaces et de flaques de neige. Je glisse à de nombreuses reprises, des crampons seraient les bienvenus ! Je me retrouve rapidement à bout de nerfs…
J’arrive finalement à la Cabane à Carette, ou deux groupes font une pause. Le premier s’en va vers Corrençon, mais manque de pot, le second groupe se dirige lui aussi vers la cabane à G*******, au-dessus de Carette. Moi qui pensais être pénard en m’écartant des grands axes ! Les deux groupes s’en vont tandis que je fais ma propre pause. A l’idée de me serrer avec 5 autres personnes dans un abri ne m’enchante pas, et je décide de rester à Carette. Superbe idée, je serais seul  jusqu’au matin ! smile
Il est 13h30, j’ai du temps devant moi. Je m’esquinte à chercher la fontaine de Carette, GPS en main, mais 45min après je rentre vers la cabane, la poche à eau vide 
Je lance alors une session fondage de neige en mode réchaud à bois. 2h après, j’ai 1,5L d’eau:/
Ça pue du cul le réchaud à bois pour faire fondre de la neige en fait ! Et ma popote est largement trop petite. Exaspéré, je fais fondre 1L de plus, à l’alcool à brûler. Il me reste largement assez de temps pour aller chercher du bois pour le poêle, histoire de ne pas attaquer la réserve. La soirée passe nickel, je bouquine un peu devant le poêle puis installe mon lit sur la table, histoire de ne pas craindre de me faire bouffer la couenne par des lérots. Dodo à 21h. Vers 5h je me réveille pour pisser et rajoute une buche dans le poêle. Et les lérots arrivent. N’arrivant pas à me rendormir, je rallume mes bougies et bouquine jusqu’au matin.

p1020181t.jpg

p1020193f.jpg
Cabane à Carette

J2 / Cabane à Carette - Cabane de Tiolache

Jusqu’à Darbounouze je garde encore mes raquettes sur le sac, puis brutalement je nage dans une belle poudre de 20cm. Cool smile
Le temps est aux rafales de vents, parfois quelques flocons. Le paysage est gris, la route complètement imbibée d’eau. Le moral est (très) mauvais. Puis tout d’un coup je me retrouve dans 20 cm de poudre, qui deviendra vite collante sous les raquettes. Le moral revient malgré le temps qui, lui, reste morose. Seul bémol, je suis très ric-rac en eau. Le GPS commence à m’être plutôt sympa, à chaque moment de doute j’y jette un œil pour me rassurer sur le chemin que je prends. Le vent souffle toujours, le brouillard me cache les repères éloignés, et la trace est recouverte. Je mange une plaque de chocolat entière le temps d’arriver à Tiolache du Milieu, sur les cours de 13h. A peine arrivé, je fais fondre de la neige et me fais une petite soupe. Aaah, ça fait sacrément du bien. Pic nic, re-soupe puis session cherchage de bois ! Les scies coupent très mal mais j’abats malgré tout quelques buches à la hachette.
Le refuge de Tiolache est tel que je les adore : minuscules, rustiques, avec un poêle et 2 couchettes seulement. Le poêle ronronne, le volume réduit de l’abri est vite réchauffé le soir venu.
Je fais fondre de la vieille neige gelée récupérée sous la poudre (les grains sont fondus et agglomérés ça va plus vite), en mettant directement ma popote dans le foyer. Je fabrique de l’eau en un temps record ! Je mange au coin du poêle, mes chaussures et mes chaussettes sèchent tout près.
Super soirée, seul dans ce merveilleux refuge. Je continue mon bouquin « 1000 femmes blanches ». Sous l’effet de mon imagination, le Vercors devient  les Grandes Pleines, le refuge se transforme en tipi, mon duvet  devient une peau de bison, ma frontale une parure d’ailes d’aigle ceignant ma tête, et moi-même un véritable cheyenne. Le bois crépite dans le poêle. J’ai bien mangé et bu tout mon content, la soirée est au poil (de castor !).
A nouveau je me réveille vers 5h du matin, et à nouveau je ne me rendors pas. Je relance le poêle et continue mon livre au milieu de la nuit.

p1020208e.jpg

p1020211k.jpg

p1020212h.jpg

p1020218f.jpg
Cabane de Tiolache

p1020222d.jpg
Et encore du chocolat à l'arrivée smile

p1020238x.jpg
It's only rock'n'roll ! big_smile big_smile (30 minutes avec une petite hachette à main pour débiter cette buche quand même ! yikes )

p1020239s.jpg
Cabane de Tiolache et crêtes du Vercors


J3 / Cabane de Tiolache - Baraque du Pison via Pas des Chatons

Je pars avec l’aube. Le temps est gris, mais un effet de foehn éclaire l’horizon. La neige est parfaite, bien poudreuse, elle ne botte pas. Le moral est en béton. Au bout d’un moment je quitte le GR pour obliquer vers le Pas des Chatons et éviter un détour. Je suis en hors piste, mais le temps est relativement clair et la direction l’est aussi. Dans la montée, je distingue 5 bouquetins sur le Veymont verglacé. Du Pas des Chatons je me fais vite rattrapé par le brouillard. Les pentes m’inquiètent un peu, et la montée très fatigante m’achève. Je casse la croute à la Cabane des Aiguillettes mais repars rapidement, je n’ai pas envie de rester bloqué ici. Je me dirige vers la Queyrie et son étonnant arbre taillé. Derrière moi j’entends 4 ou 5 « braoum » sourds, provenant de derrière le brouillard. Des avalanches spontanées ?
A ce moment là je suis déjà sur la crête, je me sens en sécurité Arrivé en vue de l’arbre taillé, le brouillard se lève, et un rayon de soleil vient même éclairer ce magnifique vallon. Et avec lui la neige deviens lourde et collante. Dans la descente pour rejoindre le GR91 le brouillard reviens, plus dense. Le GPS m’est plus qu’utile. Grâce à lui je m’évite la panique, le stress et l’épuisement que cela induit. D’autant plus que dans la descente, mes pieds me font extrêmement souffrir. Et 2 énormes blocs de neige sont collés sous mes raquettes. Arrivé au GR, je suis des traces. Ça ne correspond pas au GPS et je ne vois pas de marque. Tant que ça ne s’en éloigne pas trop je les suis. Et je fais bien, car elles contournent des reliefs inutiles en restant sur des lignes de courbes. Je descends ensuite dans la forêt pour rejoindre Pison, je suis très fatigué.
Comme je le craignais, l’intérieur est aussi misérable que son aspect extérieur. Aucun charme. Je me fais un chocolat chaud. Mais une colonie de lérots défend sa position sans aucune peur. L’un me monte sur le pied, un autre se faufile dans mon sac le temps que j’aille pisser. Au bout de 15 longues minutes de débat intérieur, je décide de pousser jusqu’au château. Car ces lérots m’inquiètent beaucoup, et j’ai jeté un œil à mes pieds, j’ai un début d’ongle incarné sur le gros orteil gauche. En ayant déjà eu, je sais que ça ne guérit pas en une nuit, surtout que ce n’est que le début. Je décide donc à regret d’écourter ma traversée. Les 700 m de D- me vrillent l’orteil, mais j’arrive vers 18h au Château et son refuge. Et pour mon plus grand bonheur, une fontaine ! Le soleil darde ses derniers rayons, mais l’air frais ne me dissuade pas de me faire une toilette complète comme en plein été ! Un choc glacé au début, puis les réflexes reviennent, le corps se souvient de ces toilettes glaciales estivales ! 
Je suis propre, j’ai de l’eau en abondance, je lance un feu dans la cheminée, belle soirée. Je me suis couché vers 22h, mais bizarrement ça me fait me réveiller encore plus tôt ! A 4h je relance le feu et finis enfin mon bouquin jusqu’au matin.

p1020243n.jpg

p1020248b.jpg

p1020256j.jpg

p1020259.jpg

p1020266zw.jpg
Cabane du Jasse du Play

p1020271z.jpg

p1020284v.jpg
Moi au pied du GV

p1020291a.jpg

p1020297c.jpg
La Queyrie et son arbre taillé

p1020298f.jpg
Idem

p1020300z.jpg
L'arbre taillé

p1020307l.jpg

p1020314k.jpg
Du brouillard


J4 / Baraque du Pison - Romeyer

Je pars une nouvelle fois à l’aube. Ah oui, j’ai oublié de dire que je n’avais pas de carte au-delà du Pison. J’ai donc fais une manip de routage sur mon GPS, pour m’indiquer comment rejoindre Die. Encore une fois, je bénis mon GPS smile Même si parfois il  n'est pas hyper précis au niveau des sentiers indiqué, dans ces cas là je me suis fié à mon instinct.
Les derniers 500m de D- sont un calvaire, mon orteil s’est aggravé dans la nuit, l’effleurer me cause une douleur aigue. Mais je serre les dents et continue, me sachant près d’une route et d’un stop jusqu’à Die possible. Finalement ce n’est qu’après Romeyer que quelqu’un me prends (il n’y a pas un chat sur cette route). A Die il me reste 2h avant un car pour Valence, où mes parents habitent. J’achète un Saint-Genix bourré de praline comme repas de 11h et pour me récompenser de mes efforts. A 11h22 je suis dans le car et à 13h à Valence. C’est terminé.

p1020323z.jpg

p1020328y.jpg

p1020333jw.jpg

Hors ligne

#2 18-02-2011 11:11:54

MonsieurHenri
Pessimiste
Lieu : 74
Inscription : 10-03-2010
Messages : 1 086

Re : Vercors en raquette et en solitaire

woops ! J'ai valider au lieu de prévisualiser... roll

La suite :


Côté équipement mul nouveau, je me suis contenté de sous-gants en polaire et de gants de ménage pour l'étanchéité. C'est léger et efficace. cool
Pour faire fondre de la neige, il faut prévoir quelque chose pour filtrer car il y a un tas de merde entre les grains, j'ai même retrouvé des mini-asticots... mad Là j'ai fait avec des mouchoirs en papiers que je faisais sécher et réutilisais, mais c'est trop fragile. Toujours concernant la fonte de neige, le système estival ne marche pas. Le petit réchaud à bois et la petite popote (0,7 L) ne suffisent clairement pas. sad Une prochaine fois je pense que je prendrais du gaz...
Concernant les habits j'ai rajouté un collant en laine merinos de 400g/m² à mon collant odlo warm. C'est nickel. cool
J'ai aussi utilisé des mini-guêtres eVent Shortie Gaiters de chez ID, rien à redire dessus : léger, simple, efficace. cool
Des chaussettes en laine merinos de 400g/m², rien à y redire non plus, je n'ai pas eu froid du tout aux pieds. cool

La grosse découverte de cette rando est le GPS ! cool  cool Un simple Etrex Legend HCX, dont le prix et le poids sont raisonnable (140 €, 156g) et sa cartographie vectorielle mapsource. Je l'ai utilisé essentiellement en mode "trace", je n'avais qu'à suivre le trait quand j'avais un doute ou dans le brouillard. J'ai aussi utilisé en secours, la fonction routage, où le GPS cherche le chemin pour rejoindre un point donné. J'ai utilisé une paire de pile lithium, qui m'ont duré les 4 jours sans problèmes. A noter que 3 ou 4 fois il me disait n'importe quoi, il faut donc être attentif. Le premier coup ça m'a vraiment déboussolé je comprenais plus rien !  lol Les fois suivantes j'ai compris le truc : je l'éteins et le rallume et il se repositionne correctement. J'ai noté aussi que la cartographie vectorielle n'était pas totalement identique à la réalité, connaitre son itinéraire sur carte est indispensable, selon moi.

Voilà je crois que j'ai fait le tour.

Je tiens aussi à remercier les muls qui m'ont bien aidé sur ce fil . Et tout spécialement un gros bisou sur la fesse gauche à GlaG, scal et Nikojorj pour leurs avis sincères, leurs photos, et leurs conseils éclairés sur le Vercors et la neige.

Conclusion : Je ferais la partie sud l'année prochaine ! big_smile big_smile

Hors ligne

#3 18-02-2011 11:22:37

Tétard
Membre
Lieu : Paris
Inscription : 20-06-2007
Messages : 557

Re : Vercors en raquette et en solitaire

MonsieurHenri a écrit :

Conclusion : Je ferais la partie sud l'année prochaine ! big_smile big_smile

Tutututtttt !!!

Après un fil de préparation de onze pages (!!!), hors de question de remettre la suite à l'an prochain ! Allez, zou, du nerf, tu as déjà le matériel, il serait dommage de "l'oublier" dans un placard.

Sinon, ayant aussi des pb d'ongles (incarnés et non incarnés) je fais toujours attention à me les couper net avant de partir. Tu peux aussi te faire opérer, c'est rapide et très utile.

Dernière modification par Tétard (18-02-2011 11:23:01)


On offre de face la vérité à son égal : on la laisse entrevoir de profil à son maître.
(Chamfort, Eloge de La Fontaine)

Hors ligne

#4 18-02-2011 16:45:34

GLaG
Membre
Lieu : grenoble
Inscription : 28-06-2005
Messages : 815
Site Web

Re : Vercors en raquette et en solitaire

Bon, quand même un beau périple même si tu n'as pas pu tout faire ! Et l'an prochain tu auras plus de neige pour la partie sud...!

Une question : tu es sûr pour les 20cm de poudreuse ? Les photos ne donnent vraiment pas cette impression : quasiment rien sur les arbres et traces au sol assez petite. Ce n'était pas la couche du dessus qui était molle et dans laquelle tu t'enfonçais aussi ?

Hors ligne

#5 18-02-2011 19:05:50

karma42
Caracole (CAvalière et RAndonneuse COol et LEgère)
Lieu : Où le vent me mène
Inscription : 30-01-2011
Messages : 22

Re : Vercors en raquette et en solitaire

C'est toujours un plaisir de lire les aventures des autres, surtout quand y'a de belles photos pour illustrer ! On se dit que c'est bientôt notre tour  big_smile


[Monter à cheval transforme le "je voudrais bien" en "je peux"]

Hors ligne

#6 19-02-2011 08:23:04

boitagateau
.
Lieu : Et au milieu coule la Durance
Inscription : 24-05-2008
Messages : 1 182
Site Web

Re : Vercors en raquette et en solitaire

.
Salut MonsieurHenri, j'ai pensé à toi quand je suis sorti vendredi après midi.
Le ciel était d'une luminosité exceptionnelle (merci le vent du nord), et je venais
de voir sur ce fil tes photos des 4 jours précédents, sans le moindre bout de bleu ! 
Alors que nous avions eu pratiquement 20 jours de beau avant ta venue . . .
Aurais-tu la poisse avec la météo ? lol
Si c'est le cas, n'hésites pas à revenir sur le Vercors, car avec le peu de neige
que l'on a eu pour l'instant, nous allons manquer d'eau cet été  hmm

Pour les ongles incarnés, j'utilise ce que m'avais appris une spécialise.
Ne pas couper trop court les ongles de façon à ce qu'ils restent toujours
"à l'extérieur" de la peau. Et si cela se produit tout de même, à faire le
plus vite possible, avant que cela ne s'infecte de trop, et que la douleur
ne soit trop forte, glisser entre l'ongle et la peau un tout petit "rouleau"
de coton pour aider l'ongle à "glisser" hors de la peau en grandissant.
De mémoire, elle rajoutait du mercurochrome dessus pour aider la peau
à se refermer, mais se produit est une ********* (aujourd'hui, je mettrais
plutôt des huiles essentielles).
Par petit "rouleau", je veux dire un tout petit peu de coton que je roule
entre mes doigts pour faire un "boudin", le centre sera mis à l'endroit
sensible, et les extrémités glissées sous la peau. Après la pose, le
coton est invisible, sauf si on en a mis un peu trop, et dans ce cas, il
risque de moins bien rester en place. J'emporte presque toujours dans
ma trousse "secours" un mini tube (homéopathie) rempli de coton.
Quelques grammes (qui ne m'ont peut être jamais servi en rando)
mais qui m'ont déjà rendu de grands services.
J'espère être clair, et que cela pourra servir.

.


Penser le changement... plutôt que changer le pansement.
Si à cinquante ans, on ne peux pas se passer de montre, on a quand même raté sa vie ! (inspiré par J.S.)

En ligne

#7 19-02-2011 22:06:51

NikoJorj
Oeil émerveillé
Inscription : 10-09-2008
Messages : 1 448
Site Web

Re : Vercors en raquette et en solitaire

boitagateau a écrit :

Pour les ongles incarnés [...] si cela se produit tout de même, à faire le
plus vite possible, avant que cela ne s'infecte de trop, et que la douleur
ne soit trop forte, glisser entre l'ongle et la peau un tout petit "rouleau"
de coton pour aider l'ongle à "glisser" hors de la peau en grandissant.

Ce coup-là, on peut aussi avec un petit bout de ticket de bus (qui dépasse de l'ongle lui), j'ai eu ce souci quand j'étais jeûûûne et c'était assez efficace (tant qu'il n'est pas trop tard)...

Et pour M. Henri : Content de voir que tu as fais une belle balade quand même !  smile


Quotation, n: The act of repeating erroneously the words of another.”
― Ambrose Bierce, The Unabridged Devil's Dictionary

Hors ligne

#8 19-02-2011 23:35:53

Pascal35
Membre
Inscription : 17-03-2009
Messages : 164

Re : Vercors en raquette et en solitaire

Merci pour ce récit intéressant.
Pour les ongles incarnés, je glissais un petit bout de tissu très fin entre la peau et l'ongle, c'était très efficace.
tempok.jpg

Uploaded with ImageShack.us
Mais je n'ai plus trop de problème depuis que je suis très attentif à la coupe, elle peut à mon avis être courte mais elle doit être très droite (pas arrondie) quasiment à angle droit.


Le mieux est l'ennemi du bien.

Hors ligne

#9 21-02-2011 08:10:34

Pascal35
Membre
Inscription : 17-03-2009
Messages : 164

Re : Vercors en raquette et en solitaire

MonsieurHenri a écrit :

Mais une colonie de lérots défend sa position sans aucune peur. L’un me monte sur le pied, un autre se faufile dans mon sac le temps que j’aille pisser. Au bout de 15 longues minutes de débat intérieur, je décide de pousser jusqu’au château.

Je repensais à ce que tu as écrit, effectivement cela doit inquiéter, si on se retrouve avec par exemple une partie des affaires grignotées ... ou un lérot sur le nez en pleine nuit, c'est ennuyeux !


Le mieux est l'ennemi du bien.

Hors ligne

#10 25-02-2011 11:14:23

MonsieurHenri
Pessimiste
Lieu : 74
Inscription : 10-03-2010
Messages : 1 086

Re : Vercors en raquette et en solitaire

Je prends note de vos conseils pour ongle incarné ! ça mériterais presque d'être collé à un sujet sur la pharmacie/les bobos !  smile

Pour les 20cm de poudre c'était surtout sur les zones planes peu boisées : les arbres coupent le vent, mais ne sont pas assez denses pour bloquer la neige. Il y avait bien sûr des zones déneigées, et même des zones d'accu de 40 cm !

Pour la météo je dois avoir le mauvais oeil sur moi...  sad   wink   big_smile

Pour les lérots, la nuit je suspendait mon sac en hauteur bien sûr. Mais je me posais une question : les lérots peuvent-ils être tentés de manger le duvet d'oie ?  neutral

Hors ligne

#11 25-02-2011 14:31:23

Phil75014
E-Mul
Lieu : Paris ! Paris! Paris !
Inscription : 14-04-2010
Messages : 498
Site Web

Re : Vercors en raquette et en solitaire

MonsieurHenri a écrit :

Pour faire fondre de la neige, il faut prévoir quelque chose pour filtrer car il y a un tas de merde entre les grains, j'ai même retrouvé des mini-asticots...  Là j'ai fait avec des mouchoirs en papiers que je faisais sécher et réutilisais, mais c'est trop fragile. Toujours concernant la fonte de neige, le système estival ne marche pas. Le petit réchaud à bois et la petite popote (0,7 L) ne suffisent clairement pas.  Une prochaine fois je pense que je prendrais du gaz...|

personnellement j'utilise ça...
http://www.arklight-design.com/PBCPPlayer.asp?ID=412183  désolé pour la pub...

bon c'est un peu fait pour... mais super, accessoirement quand j'ai envie de vrai café, je m'en sers aussi wink

vi, fondre de la neige c'est un peu galère avec le réchaud bois, mais bon si c'est le soir au bivouac, déjà c'est moins chiant.

j'embarque gaz et un petit réchaud bois.

chouette trek quand même, ça m'a rappelé l'an dernier quand j'ai galéré de nuit, sur et sous la neige  avec ma pulka luge et mon tonne de matos (Mulet en phase de transition) dans le canyon des erges, il y a avait beaucoup plus de neige (quand je compare ta photo de la cabane de Carette à la mienne)

désolé pour la météo. J’espère avoir un peu plus de neige la semaine prochaine...mais c'est pas gagné. et puis je ne sais pas si la partie Sud est plus propice à la neige que la partie plus au Nord...

merci pour ton CR.
Philippe


mon blog :  des astuces, des récits sur la randonnée
"simplifiez, simplifiez, simplifiez." (H.D. Thoreau)

Hors ligne

Pied de page des forums