Outils du site

Vous n'êtes pas identifié(e).


les_equipements_multi-usages

Les équipements MULti-usages

Une liste ultra-légère ne s'obtient pas seulement par le choix d'équipements de petite taille ou de faible poids, mais aussi par des équipements polyvalents. En particulier, les équipements qui servent pour le bivouac doivent pouvoir servir lors de la marche, et vice-versa.

Cela comporte cependant un risque : si l'on perd ou détériore l'un de ces équipements, la perte est d'autant plus importante. C'est pourquoi ces équipements multi-usages doivent être choisis avec le plus grand soin.

Cette page propose une revue des différents équipements multi-usages évoqués dans le forum. On a ajouté pour chaque matériel un bref descriptif et les précautions d'usage.

On en discute ici sur le forum.

Poncho / Tarp / Couvre SAD

L'abri se transforme en poncho ou en cape de pluie protégeant le sac à dos. Cela permet de gagner à la fois du poids et de la place dans le sac.

Ce type d'équipement comporte un autre avantage : s'il pleut le matin ou que l'on veut partir à l'aube avec la rosée, on ne se voit pas obligé de ranger un abri tout humide dans le sac.

Toutefois, il faut bien avoir conscience que si le tissu est endommagé lors de la marche en mode poncho, le randonneur risque de passer une mauvaise nuit.

De plus, ces équipements sont souvent confortables sous une forme, mais pas sous une autre. Par exemple, la Gatewood Cape est confortable en mode tente, elle ne l'est pas en mode cape ; inversement, le poncho-tarp Goodlingoutdoor est confortable en mode poncho, il ne l'est pas en mode tarp.

Sursac / Veste / protège sac à dos

Un “sursac transformable en veste” est muni de manches et peut s'ouvrir par le bas. En mode veste, le bas du sursac est retroussé et serré à la ceinture à l'aide d'une ficelle.

Les exigences de confort en mode sursac étant moins importantes que pour un abri, les concepteurs ont concentré leur attention sur le confort en mode cape. De plus, si on associe le sursac avec une tarp, les éventuels dommages subis par le sursac durant la marche ont peu de conséquences. On n'a donc pas les inconvénients du poncho-tarp. A condition de trouver une utilité dans le sursac (sécurité, polyvalence, …)

Jupe étanche/tapis de sol/vestibule pour abri

Une jupe étanche permet de protéger le haut des jambes de la pluie en assurant une ventilation optimale. Au bivouac, la jupe est dépliée et étalée pour servir de tapis de sol, ou suspendue pour améliorer l'abri.

  • Ici sur le forum.

Sac à viande/pantalon/chemise

Un sac à viande conçu sur le modèle du sursac transformable en veste (cf. ci-dessus) ou un vêtement de type “djellaba” permet de remplacer pantalon et chemise de randonnée. La soie de Chine – légère, séchant rapidement, thermo-régulatrice et hypoallergénique – est le matériau idéal.

Il faut cependant pouvoir supporter les regards scrutateurs des personnes croisées sur les sentiers.

Sac de couchage/doudoune

Il est possible d'utiliser sa doudoune associée à un « quilt » – un sac de couchage entourant seulement les jambes, voire aussi le torse – pour assurer l'apport de chaleur au bivouac. La doudoune doit être particulièrement chaude, ou suffisamment large pour pouvoir accueillir à la fois le torse et les bras. Il existe aussi des sacs de couchage transformables en gilet.

Tapis de sol/couverture de survie

Le tapis de sol d'une tente classique est souvent lourd et s'use rapidement, à moins de le doubler d'une bâche supplémentaire. Pourquoi alors ne pas se délester du tapis de sol et se contenter de la bâche ? On pourra utiliser pour cela la couverture de survie (de préférence de type 200 g, celles de 60 g sont fragiles), lui conférant ainsi un double usage.

Arceaux de tente/bâtons de randonnée/autodéfense

Les bâtons de randonnée constituent des mâts ou des arceaux de tente bien plus solides que n'importe quels arceaux classiques. Ils peuvent en outre avoir d'autres usages, tels que dissuader les chiens, faire tomber l'humidité des branches basses, etc…

Il est vrai qu'un bâton de randonnée peut casser au cours de la marche. Mais il peut facilement être remplacé, provisoirement du moins, par un simple morceau de bois.

Coussin/chèche/serviette/serpillière/pantalon de rechange

Il est indispensable de protéger la tête des rayons du soleil et, dans certains cas, du froid. Un chèche entourant la tête et la nuque jouera parfaitement ce rôle. Ce même chèche pourra servir aussi de serviette pour se sécher après la toilette ou pour essuyer la condensation dans la tente. On allégera ainsi le sac et on évitera des lessives inutiles. Si le tissu est assez grand, il pourra servir de “pantalon” de rechange lorsque l'autre est en train de sécher.

Le savon

Le savon est l'équipement multi-usages par excellence : toilette, soin des cheveux, mousse à raser, lessive, vaisselle, antiseptique, etc… Prévoir une réserve de savon suffisante pour remplir toutes ces tâches. On pourra l'optimiser à l'aide d'une « fleur de douche » / moustiquaire (cf. ci-dessous).

Noter qu'un usage excessif du savon peut nuire à l'environnement. (Savons de Marseille ou d'Alep limitent les dégâts)

Moustiquaire de tête/fleur de douche

La moustiquaire de tête est presque indispensable dans certaine région pour se protéger des nuisibles si on n'utilise pas d'abri complètement fermé. La moustiquaire peut en même temps servir de « fleur de douche » pour économiser eau et savon.

Coussin ergonomique/gourde/douche

Une gourde en plastique flexible, type « Platypus », remplie d'air (de préférence) constitue un coussin confortable. A condition d'être certain de la solidité du matériau. La perte de la gourde – éventuellement de l'eau qu'elle contient – peut se révéler dangereuse pour la suite de la marche. Les gourdes Platypus sont réputées indestructibles. Un utilisateur relate cependant le cas d'une déchirure au niveau du goulot.

En ajoutant un embout spécial (cf. la platy-douche), la gourde peut se transformer en réservoir de douche. Ce qui permet de se laver à l'écart des courts d'eau et d'éviter de les polluer.

Coussin/sac à dos

Les petits sacs à dos sans armature des randonneurs ultra-légers, roulés en boule, constituent d'honnêtes coussins.

On en parle ici sur le forum.

Housse de compression/coussin/bassine à lessive

Une housse de compression étanche permettra de ranger en sécurité le sac de couchage, de constituer un coussin en le remplissant de vêtements, et de bassine à linge ou à vaisselle.

Cf. par exemple les “Dry Sack” Sea to Summit ici

Cuillère/fourchette/brosse à dents/poignée de casserole

Si on emporte chacun de ces ustensiles, on obtient facilement près de 100 g. Or, ce sont 80 g de trop du point de vue d'un marcheur ultra-léger. Une cuillère-fourchette pourra être transformée en poignée de casserole et, le repas terminé, en brosse à dent en y fixant une brosse amovible.

Gel pour toilette sans eau ou lingette/allume-feu et combustible

Sachez que le “gel main sans rinçage” - qui permet de faire sa toilette sans eau - est constitué en grande partie d'alcool. Ce gel est donc hautement inflammable. Il peut ainsi servir à allumer un feu - en prenant soin de ne pas en avoir sur les mains. Trois grosses gouttes de ce gel brûlent avec une belle flamme bleue pendant environ dix secondes. En cas de nécessité, il peut même remplacer le combustible d'un mini réchaud. Tout ceci vaut aussi pour les lingettes.

Chaussettes/gants/rembourrage de bretelle

Les chaussettes chaudes de bivouac peuvent avantageusement être transformées en gants. Lors de la marche, lorsqu'il ne fait pas froid, les chaussettes peuvent être placées à l'intérieur des bretelles du sac à dos – un espace est prévu à cet effet pour certains sacs.

Matelas/Armature de sac à dos

Conformément au principe de la marche ultra-légère « double usage bivouac/marche », le matelas doit pouvoir servir à un autre moment qu'au bivouac. Une solution est de remplacer l'armature normale du sac à dos par un morceau de matelas en mousse placé à l'intérieur ou, mieux encore, à l'extérieur dans un filet (“mesh”). Certains sacs conçus pour la marche ultra-légère disposent déjà d'un filet destiné à cet usage.

Pantalon convertible en short / guêtres

Le principe est de se servir de la partie dézipée comme guêtres, ce qui permet également de ne pas porter du poids inutilement !

Liseuse / lectrice de cartes

Certains MUL emportent une liseuse en randonnée pour passer le temps le soir. Les modèles les plus légers ne pèsent qu'un peu plus de 150g (soit le poids d'un livre de poche), et ont une autonomie de 30000 pages. Il est tout à fait possible de sauvegarder ses cartes numériques au format pdf et de les lire sur celle-ci, au lieu de prendre des cartes papier. Cela représente un gain net de poids, mais cela présente aussi un inconvénient majeur : si la liseuse tombe en panne, les cartes disparaissent aussi. Inversement, une carte papier, même après un séjour dans l'eau, restera toujours lisible.

Cette solution ne semble donc adaptée que dans deux cas bien précis :

  • Des sorties dans des endroits dont on connait déjà la géographie, ou proches de la civilisation, afin que la perte de ses cartes n'ait que peu d'importance.
  • Des sorties au (très) long cours, en complément d'une carte papier à grande échelle de la région qui servira de backup. En effet, il est souvent difficile sur le terrain de trouver des cartes à petite échelle, sans parler du poids éventuel dans le sac lorsque l'on doit en emporter plusieurs. Mémoriser ses cartes dans la liseuse pourrait grandement faciliter la vie du marcheur au long cours…

Voir aussi: le sujet dédié sur le forum.

Les combinaisons à éviter

Certains cumuls de plusieurs fonctions pour un seul équipement, bien que séduisants, peuvent se révéler en réalité fort incommodants. Voici quelques exemples:

  • La cape de pluie/doudoune/sac de couchage/sursac : Un tel équipement permettrait à la fois de se protéger de la pluie et du froid, et servirait aussi bien pour le bivouac que pour la marche. Le problème est qu'il peut pleuvoir et faire chaud en même temps. Avec un tel équipement, on risquerait donc d'être autant trempé sous le poncho qu'à l'extérieur, surtout pendant l'effort. Prévoir sinon un équipement de pluie supplémentaire plus léger.
  • Le poncho/tapis de sol : On pense que si le poncho résiste à la pluie, il résistera tout autant à l'humidité provenant du sol ou de l'écoulement. C'est une idée fausse. Le poids du corps sur le tissu peut complètement annuler son imperméabilité, soit par capillarité, soit par abrasion. Pour y remédier, on peut prendre un tissu épais (Crusader, Cordura, …) avec une enduction lourde (type PU). Mais on sort ici du contexte de la MUL. Surtout, quelle que soit sa résistance, un tissu n'est pas à l'abri d'une objet pointu. A titre indicatif, une simple épine peut percer d'un coup une couverture de survie “Space Blanket”.
les_equipements_multi-usages.txt · Dernière modification: 2016/09/02 12:56 par Doc